Le bonheur au bout du chemin

Ce forum est conçu pour le partage du savoir et des connaissances dans tous les domaines de la vie.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Paul Aussaresses

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tarikos5000
Grand modérateur
Grand modérateur


Masculin Nombre de messages : 215
Age : 42
Date d'inscription : 18/02/2008

MessageSujet: Paul Aussaresses   Dim 9 Mar - 23:02

lisez cela

Paul Aussaresses, né le 7 novembre 1918 à Saint-Paul-Cap-de-Joux dans le Tarn, est un général de l'armée française à la retraite. Parachutiste, il est connu pour son utilisation de la torture durant la guerre d'Algérie, qu’il rendit publique après un entretien avec un journaliste du quotidien Le Monde en 2000.

Début de sa carrière d'officier [modifier]
En 1941, Aussaresses est élève officier à Cherchell. L'année suivante, il se porte volontaire pour les services secrets en France, il intègre notamment les commandos Jedburghs. Sous la direction du Colonel Jacques Morlanne, il participe à la fondation, le 1er septembre 1946, du bras armé du Service Action du SDECE, le 11e bataillon parachutiste de choc (renommé 11e demi-brigade Parachutiste de Choc en octobre 1955) auquel il est affecté administrativement tout en restant en poste au 3e bureau de l'Etat-major. Il prend le commandement, officiel et effectif, du 11e Choc à partir du 1er mai 1947. Il sert ensuite en Indochine dans le Premier régiment de parachutistes coloniaux.


Philippeville [modifier]
En 1955, il est transféré à Philippeville en Algérie, dans la 41e demi-brigade comme officier de renseignement.

Il remet en place son unité de renseignement, qui avait été démantelée pendant la paix, mais se révélait à nouveau nécessaire à l'armée française, pour réduire l'insurrection des rebelles algériens.

Le 20 août 1955, le Front de libération national (FLN), met en place une attaque contre Philippeville. Aussaresses a dit avoir eu cette information bien avant l'attaque et avoir ainsi été capable d'empêcher beaucoup de pertes potentielles. Les membres du FLN avait convaincu des hommes, femmes et enfants de la campagne de se joindre à leur marche, sans armes. Dans son livre Aussaresses écrit que son bataillon a tué 134 personnes et en a blessé des centaines, contre 2 morts et une centaine de blessés parmi ses hommes.


Préparation à l'opération du Canal de Suez [modifier]
Pendant le printemps 1956, il assiste à un camp d'entraînement secret à Salisbury au Royaume-Uni, pendant un mois, pour préparer la Bataille du canal de Suez. En mai 1956, il retourne à Bône (aujourd'hui Annaba) en Algérie, pour continuer son entraînement avec les commandos de parachutistes partant pour le canal de Suez . Le 1er juin 1956, il se fait une fracture spinale durant un exercice, ce qui l'empêche de participer à l'opération du canal de Suez.


Collaborateur de Jacques Massu à Alger [modifier]
Le général Jacques Massu, qui avait remarqué le travail répressif d'Aussaresses contre les insurrections de Philippeville, a ordonné à Aussaresses de travailler sous ses ordres à Alger, pour contrôler le FLN.

Durant la Bataille d'Alger, c'est un proche du général Massu. Il brise notamment la manifestation du 28 janvier 1957, organisée par le FLN.

La même année, il fait pendre Larbi Ben M'hidi, un membre important du FLN, en déguisant ce crime en suicide. Il a également donné l'ordre de défenestrer Ali Boumendjel du 6e étage du bâtiment où il était détenu, prétendant également à un suicide (version que le gouvernement français de l'époque a soutenu).


Après la fin de la guerre d’Algérie [modifier]
Il continue sa carrière dans l’armée française : il est nommé colonel, à la tête du 1er RCP, autre unité para, en 1966-1968. Il est ensuite nommé général.

Il a fait partie des instructeurs envoyés par l'armée française former l'armée argentine aux techniques françaises de la guerre subversive, éprouvées en Indochine et en Algérie. Cette formation sera mise en pratique à la suite du coup d'État des généraux et dans le cadre du Plan Condor.

Il a ainsi enseigné à l'École Militaire des Amériques au Panama où les "travaux pratiques" s'effectuaient sur des prisonniers vivants de droit commun incarcérés au Panama.


Révélations sur la torture en Algérie [modifier]
Aussaresses affirme que le gouvernement (dirigé par Guy Mollet, sous René Coty) a insisté pour que l'armée française en Algérie « liquide le FLN aussi vite que possible ». La question courait en France pour savoir si la torture était, ou non, utilisée en Algérie. Quelques années plus tard, des photos parurent dans la presse montrant que c'était le cas. Depuis ce jour, les historiens se posent la question de savoir si le gouvernement avait soutenu cette pratique. Aussaresses soutient que c’est le cas, y compris les exécutions sommaires de milliers de personnes, des heures de tortures de prisonniers, et des répressions violentes de manifestations. Alistair Horne, historien britannique, spécialiste de l'histoire de France, dit de son côté qu'il y a toujours un doute pour savoir si les militaires agissaient de leur propre initiative, sans s'occuper des autorités civiles, pour torpiller les négociations de paix, ou si il y avait effectivement une complicité du gouvernement Guy Mollet.

Suite à ces révélations, le 4 mai 2001 le président Jacques Chirac se déclare « horrifié par les déclarations du général Aussaresses » et demande que la Légion d'honneur de Paul Aussaresses lui soit retiré et que le ministère de la Défense prenne des sanctions disciplinaires à son égard [1].

Poursuivi par la Ligue des Droits de l'Homme pour "apologie de crimes de guerre", Aussaresses a été condamné à 7 500 euros d'amende par la 17e chambre correctionnel du TGI de Paris, les éditeurs Plon et Perrin ont été condamnés à 15 000 euros d'amende chacun. Ce jugement a été confirmé en appel en avril 2003. La cour de cassation a rejeté le pourvoi en décembre 2004[2]. En effet, le général justifiait à plusieurs reprises dans ce livre l'emploi de la torture qui permettrait de sauver des vies innocentes en poussant les terroristes présumés à révéler les détails de leurs projets et leurs complices.

Par contre, le général Aussaresses avait fait l'objet de plaintes pour les crimes de tortures qu'il avait reconnus dans son livre. Une autre procédure avait été ouverte mais la Cour de Cassation a rejeté, les poursuites intentées contre le général pour les crimes de tortures eux-mêmes, prescrits et amnistiés.


Ses livres [modifier]
Services spéciaux, Algérie 1955-1957 : Mon témoignage sur la torture, Perrin, 2001, ISBN 2262017611
Pour la France : Services spéciaux 1942-1954, Editions du Rocher, 2001, ISBN 2268041131
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tarikos5000
Grand modérateur
Grand modérateur


Masculin Nombre de messages : 215
Age : 42
Date d'inscription : 18/02/2008

MessageSujet: Re: Paul Aussaresses   Lun 10 Mar - 21:02

ca c un type qui a servi sa patrie certes, c un bourreau, un sanguinaire sans pitié,
A la fin de sa vie sa conscience si il en a biensur le travail ou bien le faite que l’état français l’a abandonné en condamnant la torture et ses méthodes inhumaine utilisé, alors qu’ils étaient au courant de ce qui ce passé.

On dit que sa fille avait changer son nom de famille tellement elle avait honte de ce que son père a fait.

On dit aussi qu’un journaliste lui a demander, comment vous faite pour faire parler les gens, il lui répond, on leur demande, on les mets au courant, puis ils nous répandent le journaliste demande, vous les mettez au courant de quoi ? Paul répond, on les met au courant électrique.

En arabe c un WAHCHE, un sauvage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Administrateur
Administrateur


Féminin Nombre de messages : 993
Date d'inscription : 17/02/2008

MessageSujet: Re: Paul Aussaresses   Mer 12 Mar - 22:30

oui bien dit Tarikos5000 , c'est vrai que le terme en arabe est plus approprié je trouve Wink

_________________
لا تنسوا ذكر الله
“Ô Mes serviteurs qui avez commis des excès à votre propre détriment, ne desespérez pas de la miséricorde d'Allah. Car Allah pardonne tous les pêchés. Oui, c'est Lui le Pardonneur, le Très Miséricordieux”.
39:53
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bonheur.forum-actif.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Paul Aussaresses   Aujourd'hui à 21:30

Revenir en haut Aller en bas
 
Paul Aussaresses
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Paul Magloire un président qui avait de l'envergure, un leader de fort calibre
» Retro sou Komisyon Ankèt Administrativ Paul Denis
» Vent de panique au Collège St-Paul (koté sa pralé mezanmi)
» Evans Paul dans la tourmente: les deputés parlent...
» Quand Paul Raymond bombarde le pouvoir et l’opposition

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le bonheur au bout du chemin :: Culture et formations :: Histoire-
Sauter vers: