Le bonheur au bout du chemin

Ce forum est conçu pour le partage du savoir et des connaissances dans tous les domaines de la vie.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Essabr (la patience)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Administrateur
Administrateur


Féminin Nombre de messages : 993
Date d'inscription : 17/02/2008

MessageSujet: Essabr (la patience)   Mar 18 Mar - 22:57



Essabr (la patience) a une grande importance dans notre religion, voici quelques versets coraniques qui en parlent:

{Et cherchez secours dans l’endurance et la salāt: certes, la salāt est une lourde obligation, sauf pour les humbles}
Sourate al baqara (La vache) verset 45

{Ô les croyants! Cherchez secours dans l’endurance et la salāt. Car Allah est avec ceux qui sont endurants }
Sourate al baqara (La vache) verset 153

{Et c’est être, en outre, de ceux qui croient et s’enjoignent mutuellement l’endurance, et s’enjoignent mutuellement la miséricorde}
Sourate al Balad (La Cité) verset 17

{sauf ceux qui croient et accomplissent les bonnes œuvres, s’enjoignent mutuellement la vérité et s’enjoignent mutuellement l’endurance}
Sourate al Asr(Le Temps) verset 3


Je vous invite à lire cette histoire qui illustre bien ça:

Deux hommes, tous les deux gravement malades, occupaient la même chambre d'hôpital.
L'un d'eux devait s'asseoir dans son lit pendant une heure chaque après-midi afin d'évacuer les sécrétions de ses poumons.

Son lit était à côté de la seule fenêtre de la chambre.
L'autre homme devait passer ses journées couché sur le dos.

Les deux compagnons d'infortune se parlaient pendant des heures. Ils parlaient de leurs épouses et familles, décrivaient leur maison, leur travail,
leur participation dans le service militaire et les endroits où ils avaient été en vacances.

Et chaque après-midi, quand l'homme dans le lit près de la fenêtre pouvait s'asseoir, il passait son temps à décrire à son compagnon de chambre tout ce qu'il voyait dehors.


L'homme dans l'autre lit commença à vivre pour ces périodes d'une heure où son monde était élargi et égayé par toutes les activités et les couleurs
du monde extérieur.


De la chambre, la vue donnait sur un parc avec un beau lac. Les canards et les cygnes jouaient sur l'eau tandis que les enfants faisaient voguer leurs bateaux, modèles réduits.
De grands arbres décoraient le paysage avec des fleurs aux couleurs de l'arc-en-ciel et on pouvait apercevoir au loin la ville se dessiner.

Pendant que l'homme près de la fenêtre décrivait tous ces détails, l'homme de l'autre côté de la chambre fermait les yeux et imaginait la scène pittoresque.

Les jours et les semaines passèrent.

Un matin, à l'heure du bain, l'infirmière trouva le corps sans vie de l'homme près de la fenêtre, mort paisiblement dans son sommeil. Attristée, elle appela les préposés pour qu'ils viennent prendre le corps.

Dès qu'il sentit que le temps était approprié, l'autre homme demanda s'il pouvait être déplacé à côté de la fenêtre. L'infirmière, heureuse de lui accorder cette petite faveur, s'assura de son confort, puis elle le laissa seul.

Lentement, péniblement, le malade se souleva un peu, en s'appuyant sur un coude pour jeter son premier coup d'œil dehors. Enfin il aurait la JOIE de voir par lui-même ce que son ami lui avait décrit.
Il s'étira pour se tourner lentement vers la fenêtre près du lit.


Or tout ce qu'il vit, fut ... un MUR !!!!!!!!!!


L'homme demanda à l'infirmière pourquoi son compagnon de chambre décédé lui avait dépeint une toute autre réalité.

L'infirmière répondit que l'homme, son compagnon de chambre, était ... AVEUGLE

et ne pouvait même pas voir le mur.

"Peut-être, a-t-il seulement voulu vous encourager. " commenta-t-elle.

… Il y a un bonheur extraordinaire à rendre d'autres heureux, en dépit de nos propres épreuves.

La peine partagée réduit de moitié la douleur, mais le bonheur, une fois partagé, s'en trouve doublé.

Si vous voulez vous sentir riche, vous n'avez qu'à compter, parmi toutes les choses que vous possédez, celles que l'argent ne peut acheter.


"Adorez Dieu et ne Lui associez rien. Faites donc du Bien avec les deux géniteurs, les proches, les orphelins, les miséreux, le voisin très proche, le voisin de côté, le compagnon permanent, l'étranger de passage et ce que vous possédez par la voie légale »

_________________
لا تنسوا ذكر الله
“Ô Mes serviteurs qui avez commis des excès à votre propre détriment, ne desespérez pas de la miséricorde d'Allah. Car Allah pardonne tous les pêchés. Oui, c'est Lui le Pardonneur, le Très Miséricordieux”.
39:53
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bonheur.forum-actif.net
Tarikos5000
Grand modérateur
Grand modérateur


Masculin Nombre de messages : 215
Age : 42
Date d'inscription : 18/02/2008

MessageSujet: Re: Essabr (la patience)   Mer 19 Mar - 0:30

Merci Admin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Administrateur
Administrateur


Féminin Nombre de messages : 993
Date d'inscription : 17/02/2008

MessageSujet: Re: Essabr (la patience)   Mer 19 Mar - 9:48

Je t'en prie Tarikos5000 Wink

_________________
لا تنسوا ذكر الله
“Ô Mes serviteurs qui avez commis des excès à votre propre détriment, ne desespérez pas de la miséricorde d'Allah. Car Allah pardonne tous les pêchés. Oui, c'est Lui le Pardonneur, le Très Miséricordieux”.
39:53
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bonheur.forum-actif.net
lumière
Membre en diamond
Membre en diamond


Nombre de messages : 277
Date d'inscription : 19/02/2008

MessageSujet: Re: Essabr (la patience)   Mer 19 Mar - 11:42



L'histoire des deux hommes est trés touchante, j'ai les larmes aux yeux
Soubhane allah, essaber né3ma qu'Allah ne nous prive pas de ça
Allahou ma ja3alna mina sabirin


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Administrateur
Administrateur


Féminin Nombre de messages : 993
Date d'inscription : 17/02/2008

MessageSujet: Re: Essabr (la patience)   Mer 19 Mar - 11:53


_________________
لا تنسوا ذكر الله
“Ô Mes serviteurs qui avez commis des excès à votre propre détriment, ne desespérez pas de la miséricorde d'Allah. Car Allah pardonne tous les pêchés. Oui, c'est Lui le Pardonneur, le Très Miséricordieux”.
39:53
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bonheur.forum-actif.net
Admin
Administrateur
Administrateur


Féminin Nombre de messages : 993
Date d'inscription : 17/02/2008

MessageSujet: Re: Essabr (la patience)   Ven 21 Mar - 22:54



Je vous invite à lire cette magnifique histoire sur la patience:


Le Collier


Il était une fois un homme pieux qui se trouvait à La Mecque. Il n’avait plus d’argent, il souffrait de la faim, il était presque sur le point de mourir. Pendant qu’il marchait dans une des ruelles de La Mecque, il trouva un collier de valeur, très précieux. Il prit donc le bijou et se rendit à la sainte Mosquée.

Là, il trouva un homme qui cherchait le collier. Ce dernier lui décrivit le bijou sans se tromper ; l’homme pieux lui donna donc le collier en espérant recevoir quelque chose en retour mais le propriétaire prit le bijou et partit sans rien lui donner... L’homme pieux fit cette invocation : "Ô mon Dieu, j’ai renoncé à ce collier pour Toi, remplace-le moi par quelque chose de meilleur."

Plus tard, l’homme partit en direction de la mer, il monta dans une barque mais un ouragan se déchaîna et l’embarcation fut détruite. L’homme pieux s’accrocha à un morceau de bois, il flottait ainsi à la surface de l’eau, le vent le faisait dériver jusqu’à ce qu’il atteignit une île. Là, il trouva une mosquée où des gens priaient, il pria donc puis se mit à lire le Coran. Les gens de l’île lui dire : "Tu lis le Coran ?"

Il répondit : "Oui"

Ils dirent : "Enseigne le Coran à nos enfants, s’il te plait"

Il commença donc à leur enseigner et recevait un salaire pour cela. Lorsque les gens virent qu’il savait également écrire, ils lui demandèrent d’apprendre l’écriture à leurs enfants, ce qu’il fit et il en fut rémunéré.

Les habitants de l’île dirent à l’homme pieux : "Il y a ici une orpheline dont le père, qui est décédé, était un homme de bien. Voudrais-tu l’épouser ?"

Il répondit : "D’accord."

Il se maria donc et trouva que sa femme portait le même collier que celui qu’il avait trouvé à La Mecque ! Il lui demanda alors : "Quelle est l’histoire de ce bijou ?"

Elle lui raconta que son père, un jour, perdit ce collier à La Mecque et qu’un homme le lui avait rendu. Son père, depuis ce jour, invoquait Dieu, dans la prosternation, de donner à sa fille un époux comme cet homme qui lui avait rendu le collier. L’homme pieux dit alors à sa femme : "Je suis cet homme..."



- Leçons à Tirer de Cette belle Histoire inch'Allah -

L’homme pieux a résisté à la tentation de garder le collier pour lui alors qu’il avait très faim et avait besoin d’argent. L’épreuve était difficile mais il a tenu bon et Dieu Le Généreux Qui donne sans compter, lui a accordé plusieurs récompenses, à savoir : le meilleur travail possible c’est-à-dire enseigner le Coran, un endroit pour vivre et une épouse. Soubhan'Allah !!!

Il ne faut pas désespérer du secours divin, même dans les situations les plus difficiles. Regarde cet homme, il a failli mourir de faim puis de noyade mais Dieu l’a sauvé de tous ces dangers al hamdoulillah...

Le fait d’apprendre et de savoir faire quelque chose permet de trouver un travail. Cet homme savait lire et écrire, et cela lui a permis de travailler dans l’île. Chacun de nous est bon dans quelque chose, à nous de trouver dans quoi afin de développer le ou les dons que Dieu nous donne afin de participer au bien de tous.

Dieu Le Très Haut aime les patients et les pieux et répond à leurs invocations. Ainsi, lorsque l’homme pieux ne reçut rien pour avoir rendu le collier, il ne s’est pas énervé contre le propriétaire du bijou, au contraire, il a patienté et a invoqué Dieu. Allah, Le Généreux par excellence, a répondu à sa demande avec une générosité incroyable, digne de Sa Majesté. D’ailleurs la réponse de Dieu à l’invocation de l’homme pieux est un très grand miracle qui nous enseigne qu’il ne faut jamais désespérer de la miséricorde et des bienfaits de notre Créateur Unique et Tout Puissant Qui fait ce qu’Il veut, comme Il le veut et quand Il le veut car Il est capable de tout et que rien ne Lui est impossible. Louange à Lui pour l’éternité.

Que Dieu vous guide sur le droit chemin, ainsi que vos familles, qu’Il vous facilite le jeûne du mois de Ramadan, qu’Il vous aime, vous protège et qu’Il vous accorde le meilleur ici-bas et dans l’au-delà Amine.

Louange à Dieu, Seigneur des mondes

_________________
لا تنسوا ذكر الله
“Ô Mes serviteurs qui avez commis des excès à votre propre détriment, ne desespérez pas de la miséricorde d'Allah. Car Allah pardonne tous les pêchés. Oui, c'est Lui le Pardonneur, le Très Miséricordieux”.
39:53


Dernière édition par Admin le Sam 22 Mar - 12:30, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bonheur.forum-actif.net
Admin
Administrateur
Administrateur


Féminin Nombre de messages : 993
Date d'inscription : 17/02/2008

MessageSujet: Re: Essabr (la patience)   Ven 21 Mar - 22:58

J'ai trouvé ces deux messages sur la patience sur un forum et ça m'a beaucoup plu:


un petit complément inchaAllah :

rapporté par Al Boukhari et Muslim :

"وما أعطي أحد من عطاء خير وأوسع من الصبر"

c'est à dire "Nul n’a reçu de don meilleur et plus abondant que celui de la patience"


L'Imam Malik qu'Allah Lui fasse miséricorde a dit :


"La Sunnah, c'est l'Arche de Noé, quiconque s'embarque dessus est sauvé et quiconque s'en détourne est perdu."


D'après Sahih El Boukhary



Je ne sais s'il existe une definition exhaustive de la patience...mais peut etre qu'elle peut se comprendre comme le fait de ne pas desesperer de sa situation...de ne pas être frustré ou abattu quand tout ne va pas comme on souhaite...mais de continuer à invoquer Allah sans relache et avec humilité..de continuer à agir dans le bien...à trouver des solutions...à se battre face une épreuve...tout en invoquant abondamment Allah...pour qu'Il nous facilite...nous pardonne...nous guide...l'histoire du Prophéte Youssuf est en ce sens trés instructive...l'épreuve est benefique pour le croyant..dans le sens où elle permet une remise en cause totale...c'est face à l'épreuve que le croyant prend plus conscience de sa faiblesse, de ses limites de son impuissance, de sa dépendance totale à Dieu, c'est dans l'épreuve que la sincérité de son adoration se mesure

Dieu est plus savant.

_________________
لا تنسوا ذكر الله
“Ô Mes serviteurs qui avez commis des excès à votre propre détriment, ne desespérez pas de la miséricorde d'Allah. Car Allah pardonne tous les pêchés. Oui, c'est Lui le Pardonneur, le Très Miséricordieux”.
39:53
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bonheur.forum-actif.net
Admin
Administrateur
Administrateur


Féminin Nombre de messages : 993
Date d'inscription : 17/02/2008

MessageSujet: Re: Essabr (la patience)   Mar 29 Avr - 10:28



Quiconque abandonne quelque chose pour ALLAH, ALLAH la lui remplacera par quelque chose de meilleur

Le grand savant et l'historien, Shaikh Muhammad Raghib At-Tabbakh, rahimahullah, a mentionné l'histoire suivante dans son livre "I'lam Nubala bi-Tarikh Halab Ash-Shuhaba" (7/231) :

« Shaikh Ibrahim Al-Hilali Al-Halabi - un savant pieux et noble - a voyagé vers l'Université d’Al-Azhar pour la recherche de la science. En cherchant la science, il est devenu très pauvre et comptait sur la charité. Une fois, plusieurs jours ont passé sans qu’il ne trouve rien à manger, il était donc extrêmement affamé.

Il est sorti de sa chambre à Al-Azhar pour demander quelques restes de nourriture. Il a trouvé une porte ouverte de laquelle émanait une plaisante odeur. Il a donc ouvert la porte et s'est trouvé dans une cuisine, sans personne autour.

Là, il a trouvé quelques mets appétissants, il a saisi une cuillère et l'a plongé (dans le récipient), mais lorsqu’il l'a amené à sa bouche, il s'est retenu de la manger, puisqu'il s'est rendu compte que l'on ne lui avait pas donné la permission d'en manger. Donc il l'a laissé et est retourné à sa chambre dans le dortoir d'Al-Azhar, mourrant de faim.

Mais après moins d'une heure, un de ses enseignants, accompagné par un autre homme, est entré dans sa chambre.

Et son enseignant lui a dit : « ce noble homme est venu me voir car il cherche un étudiant en science pieux pour marier sa fille et je t’ai choisi pour lui.
Alors lève-toi et viens avec nous à sa maison où nous pourrons achever le contrat de mariage entre toi et sa fille, et tu deviendras un membre de sa maison. »

Shaikh Ibrahim a lutté pour se lever, obéissant à l’ordre de son enseignant et est parti avec eux. Et ils l'ont emmené à la même maison dans laquelle il était entré et avait plongé la cuillère dans la nourriture !

Ainsi, quand il s'est assis, le père de la fille l’a marié et la nourriture a été apportée.
C'était la même nourriture que celle dans laquelle il avait auparavant plongé la cuillère et qu'il a abandonné.

Mais maintenant il en mangeait et il s’est dit à lui-même : « je me suis retenu d’en manger quand je n'avais aucune permission, mais maintenant Allah m'a donné cette nourriture avec la permission. »

Plus tard, cette femme pieuse est retournée avec lui à Halab, après qu'il ait fini ses études. Et elle lui a donné des enfants pieux. »

Ceci est le fruit de la patience et aussi le résultat pour celui qui craint Allah (taqwa), comme Allah dit : Et quiconque craint Allah, Il lui donnera une issue favorable et Il lui accordera Ses dons par [des moyens] sur lesquels il ne comptait pas. [Sourate At-Talaq : 2-3]

Mais quant à ceux qui sont hâtifs - ceux qui ne distinguent pas entre la vérité et le mensonge, recherchant les vanités temporaires de cette vie - ils n'éprouveront jamais rien d’autre que chagrin et peine dans leurs cœurs, car ils n'atteindront jamais la vie d’ici-bas et ne complèteront non plus jamais la religion.

Ceci parce qu'ils oublient - ou négligent peut-être – la parole d'ALLAH : "ALLAH ne suffit-il pas à son serviteur ? " [Sourate Az-Zumar : 36]

Quant à ceux qui sont patients et fermes et qui craignent (taqwa), ils gagneront dans cette vie et trouveront gloire et honneur auprès de leur Seigneur le Jour du Jugement.

Et Allah dit : Et fais la bonne annonce aux endurants. [Sourate Al-Baqara : 155] Et Il dit : Les endurants auront leur pleine récompense sans compter. [Sourate Az-Zumar : 10]

_________________
لا تنسوا ذكر الله
“Ô Mes serviteurs qui avez commis des excès à votre propre détriment, ne desespérez pas de la miséricorde d'Allah. Car Allah pardonne tous les pêchés. Oui, c'est Lui le Pardonneur, le Très Miséricordieux”.
39:53
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bonheur.forum-actif.net
Admin
Administrateur
Administrateur


Féminin Nombre de messages : 993
Date d'inscription : 17/02/2008

MessageSujet: Re: Essabr (la patience)   Mar 29 Avr - 10:30

Voici une très belle histoire qui en dit beaucoup, elle est vraiment magnifique:

LE FILS ET SON PÈRE


[Un jour, un père d'une famille très riche emmena son fils afin de lui faire visiter la campagne. Le but était de montrer à son fils comment les personnes pauvres vivent afin qu'il soit reconnaissant envers sa richesse.

Ils ont donc passé deux jours et deux nuits dans une ferme dont on disait que la famille était très pauvre.

Sur le retour de leur voyage, le père demanda à son fils :

" Comment s'est passé ton voyage ? "

Son fils répondit :

" C'était très bien, Papa. "

Son père lui dit :

" As-tu vu la condition dans laquelle sont ces pauvres gens ? "

" Oh oui ! " Lui répondit son fils.

Son père lui demanda :

" Qu'as tu donc appris pendant ce voyage ? "

Son fils lui répondit :

" J'ai vu qu'ils avaient 4 chiens et nous n'avons qu'un. Nous avons une piscine qui arrive au milieu de notre jardin et ils ont une crique dont on ne voit pas la fin. Nous avons installé des lanternes dans notre jardin et ils ont les étoiles, la nuit. Notre patio se limite à la cour et ils ont tout l'horizon. Nous avons un petit morceau de terrain pour vivre et ils ont des champs qui s'étendent à perte de vue. Nous avons des serviteurs pour nous servir et ils servent les autres. Nous achetons la nourriture et ils produisent la leur. Nous avons des murs autour de notre propriété afin de nous protéger et ils ont des amis pour les protéger. " Après ces mots, le père fut sans voix.

Et le fils rajouta :

" Merci papa de m'avoir montrer combien nous étions pauvres. "

_________________
لا تنسوا ذكر الله
“Ô Mes serviteurs qui avez commis des excès à votre propre détriment, ne desespérez pas de la miséricorde d'Allah. Car Allah pardonne tous les pêchés. Oui, c'est Lui le Pardonneur, le Très Miséricordieux”.
39:53
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bonheur.forum-actif.net
Admin
Administrateur
Administrateur


Féminin Nombre de messages : 993
Date d'inscription : 17/02/2008

MessageSujet: Re: Essabr (la patience)   Mar 29 Avr - 10:37

LES TROIS FILTRE


--------------------------------------------------------------------------------

Il était une fois, à l'époque des califes abbassides, dans la capitale musulmane de Bagdad, un
grand savant connu pour sa sagesse.Cet homme avait passé sa vie à étudier le Coran et
les paroles du Prophète et il était très pieux. Jamais on ne l'entendait dire
du mal de quelqu'un, se moquer des autres ni répéter des paroles
inutiles. Tout le monde l'aimait, car il avait toujours une parole
gentille ou un sourire pour les gens qu'il rencontrait, et
il était toujours prêt à aider les autres.

____________________________________


Un jour, l'un de ses voisins vint le trouver :

As-salamou alaykoum !

Wa Alaykoum as-salam wa-Rahmatouh Allahi wa-Barakatouhou, répondit le savant.

Sais-tu ce qu'on vient de me dire à propos de ton ami Abdallah ? Poursuivit le voisin.

Attends un peu, répliqua le savant.
Je vois que tu brûles d'envie de me dire quelque chose.
Mais avant que tu me le dises, j'aimerais te faire passer un petit test.
Cela s'appelle le test des trois filtres...

Des trois filtres ! S'étonna le voisin.

Exactement, poursuivit le savant.
Avant que tu ne me parles de mon ami, ce serait une bonne idée de prendre le temps de filtrer ce que tu comptes me dire.
Nous allons faire passer ce que tu voulais me dire dans trois filtres : ce qui en restera, tu pourras me le dire.
C'est pourquoi j'appelle cela le test des trois filtres.

Tu es prêt ?

Oui, répondit l'homme, de plus en plus étonner. (En effet, quand il bavardait avec ses voisins, il n'avait pas l'habitude de prendre tant de précautions).

Commençons, dit le savant.
Le premier filtre est celui de la vérité.
As-tu bien vérifié que ce que tu veux me dire est vrai ?

Non, répondit l'homme. En fait on vient juste de me le raconter et...

Bien, dit le savant.
Donc, tu n'es pas du tout sûr que ce soit vrai.
Le filtre de la vérité n'a pas gardé ce que tu voulais me dire.
Essayons maintenant le second filtre, celui du bien.
Est-ce que ce que tu voulais me dire sur mon ami est quelque chose de bien ?

Euh, non, au contraire...

Ah, poursuivit le savant.
Donc tu voulais me dire quelque chose de mal sur mon ami, mais tu n'es pas certain que ce soit vrai.
Je ne sais pas si je vais pouvoir t'écouter...
Mais peut être que tu réussiras quand même le test,
car il reste encore un filtre : le filtre de l'utilité.
Si tu me dis ce que tu voulais me dire sur mon ami, est-ce que cela me sera utile ?

Euh bien...non, pas vraiment.

Alors, conclut le savant,

si ce que tu voulais me dire n'est pas vrai, n'est pas bien et n'est même pas utile, ce n'est pas la peine de me le dire, tu ne crois pas ?

Les paroles peuvent faire beaucoup de mal, et il ne faut pas les répandre n'importe comment.
Une parole qui n'est ni vraie, ni bonne ni utile ne vaut pas la peine d'être dite.

Alors avant de te dire quelque chose, ou de répéter ce qu'on t'a raconté, n'oublie pas de soumettre tes paroles au test des trois filtres !
Cela t'évitera certainement des péchés.

____________________________________


ALLAH nous dit dans le Coran :

«Ô vous qui croyez ! Ne vous moquez pas les uns des autres, car il se peut que ceux-ci soient meilleurs que ceux-là. Que les femmes ne se moquent pas les unes des autres, car
il se peut que celles-ci soient meilleures que celles-là. Ne vous calomniez pas
les uns les autres, et ne vous donnez pas de sobriquets injurieux.
Quel vilain mot que « perversion », quand on a déjà la foi.
Ceux qui ne se repentent pas, voilà les injustes.»

(Sourate 49, verset 11)

_________________
لا تنسوا ذكر الله
“Ô Mes serviteurs qui avez commis des excès à votre propre détriment, ne desespérez pas de la miséricorde d'Allah. Car Allah pardonne tous les pêchés. Oui, c'est Lui le Pardonneur, le Très Miséricordieux”.
39:53
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bonheur.forum-actif.net
Admin
Administrateur
Administrateur


Féminin Nombre de messages : 993
Date d'inscription : 17/02/2008

MessageSujet: Re: Essabr (la patience)   Mer 30 Avr - 10:41



Un conférencier bien connu commence son séminaire en tenant bien haut un billet de 50 Euros.

Il demande aux gens :
"Qui aimerait avoir ce billet ?"

Les mains commencent à se lever, alors il dit :

"Je vais donner ce billet de 50 Euros à l'un d'entre vous mais avant laissez-moi faire quelque chose avec."

Il chiffonne alors le billet avec force et il demande :
"Est-ce que vous voulez toujours ce billet ?"

Les mains continuent à se lever.

"Bon, d'accord, mais que se passera-t-il si je fais cela."
Il jette le billet froissé par terre et saute à pieds joints dessus, l'écrasant autant que possible et le recouvrant des poussières du plancher.

Ensuite il demande :
"Qui veut encore avoir ce billet ?"

Évidemment, les mains continuent de se lever !

"Mes amis, vous venez d'apprendre une leçon... Peu importe ce que je fais avec ce billet, vous le voulez toujours parce que sa valeur n'a pas changé, il vaut toujours 50 Euros."

"Alors pensez à vous, à votre vie. Plusieurs fois dans votre vie vous serez froissé, rejeté, souillé par les gens ou par les événements.

Vous aurez l'impression que vous ne valez plus rien mais en réalité votre valeur n'aura pas changé aux yeux des gens qui vous aiment !

La valeur d'une personne ne tient pas à ce que l'on a fait ou pas, vous pourrez toujours recommencer et atteindre vos objectifs car votre valeur intrinsèque est toujours intacte."

_________________
لا تنسوا ذكر الله
“Ô Mes serviteurs qui avez commis des excès à votre propre détriment, ne desespérez pas de la miséricorde d'Allah. Car Allah pardonne tous les pêchés. Oui, c'est Lui le Pardonneur, le Très Miséricordieux”.
39:53
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bonheur.forum-actif.net
Admin
Administrateur
Administrateur


Féminin Nombre de messages : 993
Date d'inscription : 17/02/2008

MessageSujet: Re: Essabr (la patience)   Sam 10 Mai - 11:25

Femme éternelle: coiffeuse des filles de pharaon



Ceci est un extrait du livre" Femme éternelle " de Dr Muhammad al'arifi

Cette histoire nous montre à quel point cette femme était pieuse, un modéle à suivre. Je vous conseille fortement ce livre surtout aux soeurs, il nous donne des leçons de vie à travers des exemples mash'ALLAH

Un souverain démoniaque

Voici le récit d'une femme dont l'histoire n'a pas retenu le nom: la coiffeuse des filles de Pharaon. Une femme pieuse qui vécut sous le règne de Pharaon. Elle était à son service tout comme son mari: ce dernier était un proche de Pharaon et elle était une sorte de gouvernante pour ses filles.
Ce couple se convertit à l'Islam. Lorsqu'il apprit cela, Pharaon tua le mari. Elle garda sa fonction. Elle avait cinq enfants à nourrir et elle devait donc travailler pour eux.
Un jour, alors qu'elle coiffait l'une des filles de Pharaon, le peigne lui tomba des mains et elle dit:
- Au nom d' ALLAH!
La fille qui se faisait peigner lui dit:
- ALLAH? Qui? Mon père?
Elle ne put se retenir et lui cria au visage:
- Non ! Pas ton père! ALLAH : Mon Seigneur, ton Seigneur et celui de ton père !
La fille s'étonna. Elle ne comprit pas comment l'on pouvait adorer une autre divinité que son père. Le Pharaon en fut informé. Il s'étonna lui aussi d'avoir dans son palais quelqu'un qui adorait un autre que lui.
Il lui ordonna de se soumettre à lui. Elle refusa. Il l'emprisonna et la tortura. Mais elle ne cèda pas. Il ordonna un jour de faire bouillir de l'huile dans une grande marmite, qu'il fit mettre devant elle.
Elle se dit alors qu'elle n'avait qu'une seule âme et qu'il était peut-être temps pour elle de rencontrer son Seigneur...
Pharaon était si cruel qu'il voulait pousser la perversité au summum. Il eut l'idée de faire venir ses cinq enfants. ils étaient tout ce qu'elle possédait dans cette vie. Ils étaient les pauvres orphelins pour qui elle travaillait tant!
Les enfants se suivaient les uns les autres. Ils ne savaient rien de ce qu'ils les attendait. Ils regardaient tout autour d'eux sans trop comprendre ce qui se passait. Quand ils virent leur mère, ils coururent se serrer contre elle. Elle les rassembla dans ses bras et commença à les embrasser. Elle prit ensuite le plus petit, son bébé, et lui donna le sein.
Pharaon ordonna de plonger le plus aîné dans l'huile. Les soldats le prirent. Il se débattait, criait et suppliait Pharaon.... En vain. Il fut jeté dans l'huile sous le regard de sa mère et de ses frères.
Son corps disparut dans ce bouillon puis ses os réapparurent à la surface.
Pharaon se tourna alors vers la mère et l'interrogea:
- C'est qui ton Dieu maintenant?
Elle lui répondit avec toute assurance d'une croyante:
- ALLAH ! ALLAH !
Furieux, il ordonna de faire de même avec son deuxième enfant. Les soldats l'enlevèrent des bras de sa mère et le poussèrent dans l'huile. Ses os se mélangèrent à ceux de son frère. Devant le refus de la mère de changer de religion, Pharaon ordonna de tuer le troisième, puis la quatrième enfant. Celui-ci était encore très petit et il avait affreusement peur. Il se collait contre sa mère. Les soldats durent le tirer très fort car il pleurait accroché à la jambe de sa mère qui s'efforçait de le garder encore un peu. Elle voulait encore le sentir une dernière fois. Son regard se fixa sur lui pendant qu'ils le poussaient dans ce bain d'Enfer. Ils n'avaient eu aucune pitié. Son petit corps disparut lui aussi. Elle ne pouvait le quitter du regard. Les larmes coulaient sur ses joues. Il venait de la quitter pour l'autre monde.
Pendant un moment, elle s'était laissée emporter par ses souvenirs. Elle n'avait plus dans son esprit que son image, les moments passés ensemble, les nuits passées à son chevet, ses jouets, ses premiers mots, ses habits...
Puis les soldats vinrent vers elle. Son esprit revint soudainement à la cruelle réalité.


Un bébé qui parle

Ils s'en prirent au cinquième et dernier enfant. Il n'était encore qu'un bébé. Ils l'arrachèrent du sein qu'il tétait. Il cria et se mit à pleurer. La mère ne put s'empêcher de pleurer et de le retenir encore un peu. C'est alors qu 'ALLAH le fit parler. Il dit:
- O mère! Endure cette épreuve ! C'est toi qui as raison.
On le jeta avec ses frères dans l'huile bouillante. Son corps s'était vite dissolu. Il avait encore le lait de sa mère dans la bouche, ses cheveux dans les mains et ses larmes sur les habits.
Ses fils venaient de partir les uns après les autres vers leur Seigneur. Les restes de leurs petits os flottaient encore dans l'huile. L'odeur de leur chair se faisait sentir. Ses chers enfants n'étaient plus. Elle avait le coeur meurtri. Des années de bonheur s'envolèrent d'un coup. Elle aurait pu garder ses enfants auprès d'elle, il n'aurait suffi que d'un seul mot à Pharaon...Mais elle préféra ce qui se trouve chez son Seigneur, elle savait que cela était meilleur pour elle car ses récompenses sont éternelles....
Puis ce fut son tour. On l'encercla et on la porta. juste avant qu'ils ne la jettent, elle cria à Pharaon:
- J'ai une dernière requête à faire !
- Laquelle ? Dit-il de son air méprisant.
- Faites en sorte que nos os, ceux de mes enfants et les miens, soient rassemblés avant de les enterrer.
Puis elle ferma ses yeux et suivit ses enfants dans le sentier qui mène au Seigneur.


Elle sera bénie

Quel courage ! Quelle grandeur ! Le Prophète ( salalah alayhi wa salam) nous a parlé de ce qu'Il avait vu à son sujet. En disant:
" Dans le voyage durant lequel on m'a fait traverser les cieux, un agréable parfum attira mon attention. J'ai demandé à l'ange Jilbril:
- Quel est ce parfum ?
- C'est celui de la coiffeuse des filles de Pharaon et celui de ses enfants, m'a-t-il répondu" ( rapporté par Al-Bayhaqi)
ALLAH est le plus grand ! Elle a souffert certes mais mantenant elle se repose pour l'éternité. On espère qu'elle est dans des Jardins au bord de ruisseaux et dasn un séjour de vérité auprès d' un Souverain Omnipotent. ALLAH sera bien meilleur pour elle que Pharaon n'aurait jamais pu l'être.

Le Prophète( salalah alayhi wa salam) a dit:
" Si l'une des femmes du Paradis se montrait à la terre, elle illuminerait l'espace qui existe entre le ciel et la terre et elle l'emplirait de son parfum. Son voile est certes meilleur que la vie d'ici-bas et tout ce qu'elle comporte" ( rapporté par Al-Boukhari)
Il a dit aussi:
" Celui qui entre au Paradis sera dans un tel bonheur qu'il ne sentira plus jamais aucune misère. Ses habits ne s'useront jamais. Sa jeunesse ne fanera jamais. Il y a ce que les yeux n'ont jamais vu, ce que les oreilles n'ont jamais entendu et ce que les coeurs n'ont jamais senti. Une fois au Paradis, tous les malheurs d'ici-bas seront oubliés."( rapporté pau Mouslim)

Cependant, pour y accéder, il faut d'abord prendre le dessus sur ses désirs. Le Paradis est entouré de ce qu'on déteste et l'Enfer est entouré de ce qu'on désire.
Suivre ses passions dans la nourriture, les boissons, les vêtements sont un chemin vers l'Enfer. Souffre et endure le peu de temps passé ici-bas pour te reposer éternellement au près d'ALLAH.
Aux gens du Paradis, on dira:
" Paix sur vous pour ce que vous avez enduré ! Comme est bonne votre demeure finale" (S13;V24)

Alors qu' à ceux de l' Enfer, on dira:
" Vous avez dissipé vos [biens] excellents et vous avez joui pleinement durant votre vie terrestre: on vous rétribue aujourd'hui du châtiment avilissant." (S46;V20)

Trésor dans la tombe

La coiffeuse de la fille de Pharaon est morte parce qu'elle avait voulu rester attachée à sa religion. Quant à nous, commençons par le début: attachons-nous d'abord juste à nos prières. Sais-tu, chère soeur, que c'est de la mécréance que de te rapprocher en négligeant ta prière ?
En effet, le Prophète ( salalah alayhi wa salam) avait dit:
" Le seul pacte qui nous différencie d'eux ( mécréants) est la pratique de la prière. Celui qui l'abandonne est bel et bien tombé dans la mécréance."( rapporté par Attirmidhi)

Celui qui aura délaissé sa prière s'éternisera dans les feux de l'Enfer. Il tiendra compagnie à satan, sera tenu éloigné du Paradis et sera abreuvé avec une eau bouillante.

Voici une histoire tirée de l'oeuvre de l'Imam Addahabi, "Al Kaba'ir" ( Les grands péchés)

Jadis, alors qu'un homme était en train d'enterrer sa soeur, son sac rempli d'argent tomba dasn sa tombe. Il ne s'en rendit compte qie plus tard. Il revint pour la déterrer. Au fur et à mesure qu'il creusait, il sentait que la terre devenait de plus en plus chaude, jusqu' à devenir totalement bouillante.
Forcé de s'arrêter, il remit la terre par-dessus et se précipita chez lui, les larmes aux yeux. Il demanda à sa mère:
- Dis-moi ce que ma soeur faisait de mal.
Etonnée, elle lui dit:
- Mais pourquoi me demandes-tu cela ? Que se passe-t-il ?
- J'ai trouvé sa tombe toute brûlante, lui expliqua-t-il.
- ta soeur ne respectait pas l'horaire des prières.
Elle ne les faisait qu'une fois le temps passé...Lui dit-elle en pleurant.

Si c'est le cas de celle qui ne faisait pas sa prière à temps, qu'en serait-il de celle qui ne la fait pas du tout?

Le prophéte ( salalah alayhi wa salam) raconta un jour une vision qu'il avait eue:
"Cette nuit, deux Anges sont venus et m'ont pris avec eux. Nous sommes passés devant un homme couché par terre et un autre debout devant lui qui tenait une grande pierre entre les mains. Il la fit tomber sur sa tête qui s'est écrasée sous le choc. Comme la pierre s'était éloignée en roulant par terre, il alla la rechercher pendant que la blessure de l'autre disparaissait. Puis il revint et refit la même chose. J'ai dit aux Anges: " Glorieux soit ALLAH ! Qui sont ceux-là ?" Les Anges me répondirent: " Cette homme n'appliquait rien de ce qu'il apprenait du Coran et délaissait la prière obligatoire"


" Tel fut le châtiment; et le châtiment de l'au-delà est plus grand encore, si seulement ils savaient !" (S68; V33)

_________________
لا تنسوا ذكر الله
“Ô Mes serviteurs qui avez commis des excès à votre propre détriment, ne desespérez pas de la miséricorde d'Allah. Car Allah pardonne tous les pêchés. Oui, c'est Lui le Pardonneur, le Très Miséricordieux”.
39:53
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bonheur.forum-actif.net
Admin
Administrateur
Administrateur


Féminin Nombre de messages : 993
Date d'inscription : 17/02/2008

MessageSujet: Re: Essabr (la patience)   Lun 12 Mai - 17:54

La Patience face aux difficultés

Allah ta3ala dit:










Très certainement, Nous vous éprouverons par un peu de peur, de faim et de diminution de biens, de personnes et de fruits. Et fais la bonne annonce aux endurants,
qui disent, quand un malheur les atteint : «Certes nous sommes à Allah, et c'est à Lui que nous retournerons».
Ceux-là reçoivent des bénédictions de leur Seigneur, ainsi que la miséricorde; et ceux-là sont les biens guidés.( S2; V155-157)

Les croyants qui sont satisfaits de Allah, c'est-à-dire qui n'émettent pas d'objection contre Lui et ne perdent pas patience face aux épreuves qu'Il leur prédestine même si elles les attristent et les atteignent dans leur corps, Allah soubhanahou wa ta^ala leur annonce la bonne nouvelle qu'ils auront des mésicordes particulières de Sa part, aux qui disent ( inna li_Lah), c'est-à-dire qu'ils ont su et cru catégoriquement qu'ils Lui appartiennent et qu'il fait d'eux ce qu'Il veut, (wa inna 'ilayhi raji^oun): et qu'ils parviendront à Son jugement wa tabaraka wa ta^ala.

La patience est de 3 sortes:
- La première est la patience pour accomplir les obligations; quelqu'un qui se purifie malgré le froid comme Allah le lui ordonne fait partie de ceux qui patientent; ou qui patiente face à la soif et la faim durant Ramadan et persévère son jeune.
- La deuxième est la patience pour se garder de ce que Allah interdit en retenant son ame de le commettre. Celui qui s'éloigne des péchés par obéissance à l'ordre de Allah ^azza wa jall, Allah le rétribuera largement en récompenses.
- La troisième est la patience face aux épreuves et aux difficultés. Elle est raquise plus particulièrement lorsque tombe une épreuve.

D'après Anas Ibnou Malik, que Allah l'agrée, le Prophète (salalah alayhi wa salam) est passé auprès d'une femme qui pleurait près d'une tombe et lui a dit de faire preuve de piété à l'égard de Allah et de patienter. Cette femme lui répondit sans savoir que c'était lui: "Eloigne-toi de moi, tu n'as pas subi mon épreuve". Aussitot quelqu'un lui dit qu'il s'agissait du Prophète(salalah alayhi wa salam). Elle vint alors lui dire qu'elle ne l'avait pas reconnu. Le Prophète (salalah alayhi wa salam) lui répondit: " On doit faire preuve de patience particulièrement lors du premier choc de l'épreuve". ( rapporté par al-Boukhariyy et Mouslim)


Certains ingnorants ne patientent pas lorsque meurt un de leurs proches ou les touche une nuisance, ils objectent alors contre la prédestination de Allah et ne sont donc plus des musulmans, que Allah nous en préserve.

Le Messager de Allah ( salalah alayhi wa salam )a dit: " Il n'y a pas de difficulté, de maladie, de tourment, de chagrin, de nuisance, ou de mal qui atteigne le musulman; même l'épine qui rentre dasn son corps, sans que Allah n'expie par cette cause une partie de ses péchés" ( rapporté par al-Boukhariyy et Mouslim)

As salamou aleykoum que Allah nous guide vers le droit le chemin; Rabbi i haouna

_________________
لا تنسوا ذكر الله
“Ô Mes serviteurs qui avez commis des excès à votre propre détriment, ne desespérez pas de la miséricorde d'Allah. Car Allah pardonne tous les pêchés. Oui, c'est Lui le Pardonneur, le Très Miséricordieux”.
39:53
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bonheur.forum-actif.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Essabr (la patience)   Aujourd'hui à 18:53

Revenir en haut Aller en bas
 
Essabr (la patience)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le bonheur au bout du chemin :: Islam :: 3ibadat عبادات (Pratiques de l'islam)-
Sauter vers: